Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après avoir été éjecté du projet « Ant-Man » pour les éternelles « divergences artistiques », Edgar Wright s’est attelé à un projet beaucoup plus personnel. Personnel et original pour le coup.

Ce « Baby Driver » au-delà des références assumées qu’il déploie, clairement « The Driver » de Walter Hill pour l’exemple, se déguste comme un pur produit pop, objet original, donc forcément un peu contesté, et rarement vu dans le cinéma. Pas vraiment une comédie musicale, tous les codes du genre ne sont pas respectés, ni vraiment un film « ordinaire », « Baby Driver » est habillé quasiment continuellement de musique et titres tous plus fiévreux et énergiques les uns que les autres. Premier film US pour Wright donc, et dès sa première intrusion il explose les codes du cinéma pour proposer une expérience cinématographique peu commune. Surfant sur la mode du zapping acoustique et donc des play lists (ici sur I Pod, évidemment)  Wright tente de renouveler le film de braquage en bravant les frontières d’un genre que seuls les « anciens » semblaient encore maîtriser alors que les plus jeunes réalisateurs ne font que s’en inspirer ou copier. Et s’est en le détournant de son genre qu’il trouve sa voie. Plutôt que de s’en moquer comme il a pu le faire avec l’aspect parodique de chacun de ses films anglais, il préfère jouer avec le genre et le rendre pop, presque tarantinesque (comparaison évidemment due à la B.O. prédominante et originale, titres presque inconnus du grand public).

Il a su préserver l’aspect « chevalier solitaire » si loin si proche de sa belle et as du volant. A ce titre les poursuites en voitures, sont assez spectaculaires, dans la gestion des espaces et du jeu qu’Edgar Wright en fait. Nous sommes entre l’impossible et le surdoué, ce qui offre ainsi une nouvelle utilisation du bolide qui fonce en zone urbaine. Au milieu de tout ça, une histoire assez classique de braquage coordonnée par un seul homme, comme souvent, avec quelques retournements assez surprenants. Un peu de violence graphique assez dure ici et là et la recette prend dans ce film totalement décomplexé. « Baby Driver » dans son esprit pop et rock est une étonnante proposition dans un cinéma qui ne sait que trop rarement être original et prendre des risques dans une industrie de plus en plus « franchisée ». Et pour ça on ne peut que saluer l’initiative, et qui plus est, est totalement convaincante dans le genre. Un des films sympathiques de l’été.

Critique BABY DRIVER photos
Critique BABY DRIVER photos
Critique BABY DRIVER photos
Critique BABY DRIVER photos

Critique BABY DRIVER photos

Critique BABY DRIVER bande annonce trailer VOSTFR

Tag(s) : #Critiques

Partager cet article

Repost 0